Siège social : 9 A rue de Normandie 67540 Ostwald France

contact : asmecassociation@gmail.com

+33) 07 67 85 98 31

 Partagez !

 

 

Numéro Siret  909 205 999 00016

Association pour la Santé de la mère et de l'Enfant de Campo au Cameroun

Association loi 1908

Ici nous vous donnons un aperçu de la commune de Campo au Cameroun, afin de mettre en exergue les différents problèmes liés à la prise en charge médicale de sa population, plus particulièrement des femmes enceintes et des mères les plus démunies.

La commune de Campo (Cameroun) est située à l'extrême Sud du Cameroun, aux abords de l'Océan Atlantique, avec une population de près de 10 000 habitants composée des ethnies autochtones Mvaé, Iyassa, Mabi, et Bayélis, repartie sur 27 petits villages sur le plan sanitaire.

La ville est dotée d’un petit dispensaire public encadré par deux médecins, avec une capacité d’accueil de 40 lits, capacité d'accueil qui s'est vue drastiquement réduit à 12 lits. Un chiffre largement dépassé en considération des besoins réels des populations concernées. Le rayon d’action du dispensaire est de près de 80  kilomètres, ce qu'il est loin d'atteindre.

L'accès aux soins des populations locales, notamment des femmes enceintes, des mères et des enfants reste un véritable handicap à cause de la vétusté des locaux, de l'obsolescence des plateaux techniques, du manque d'équipements médicaux de base, du manque de médicaments. À cela s'ajoute l''insuffisance du personnel soignant en qualité et en quantité, difficultés qui empêchent toute prise en charge efficace des malades.   

La prise en charge des malades reste des plus aléatoire, la qualité des soins dispensés très approximative, ceci marqué par le manque du mobilier médical de base, le manque de revenu des populations.

L’impraticabilité des voies de communication notamment en saisons pluvieuses rend la vie impossible à ces populations qui souvent se retrouvent coupées du reste du monde pendant des jours, des semaines, voire des mois.

L'éloignement de certaines communautés du site du dispensaire, à l'exemple des femmes Bayélis qui majoritairement vivent dans la forêt, et le manque de transport restent un véritable handicap à l'accès aux soins pour ces communautés. Notre souhait le plus cher est de permettre à ces populations d'avoir ne serait-ce qu'un accès aux soins de base, soins que tout être humain a droit.

Parce que la santé des plus démunis est notre priorité à tous, ASMEC est pour l'accès aux soins médicaux des mères et des enfants les plus démunis